est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Portrait de oggar

( bon je n'étais pas très inspiré pour le titre ^^)

Mes biens chers trolls...je me posais cette question hier soir : est il possible de ne pas jouer un sauveur de mondes dans un petit GN ? ( une 60aine de PJ ) je n'ai pas une grande expérience puisque jusqu'ici je n'ai participé qu'a 2 "petits gn" différents mais j'ai souvent eut l'impression qu'on était cantonné à la jouer boy-scout ou bien à se mettre tout les joueurs à dos. je m'explique :

- dans un gn je joue avec des potes un groupe de marchands qui a pour politique que tout se vend, on détenait une info plus ou moins capitale pour mettre hors d'état de nuire un vilain nécromancien. Un joueur vient me voir et me demande si on a des infos...je lui demande combien il est disposé à offrir car tout renseignement à son prix....( mon perso n'en a rien à foutre que la ville soit détruite puisque de toute façon c'est un genre de colporteur qui se barre dès que ça va mal ) Or le joueur me répond presqu'en m'engueulant et en TO en plus qu'il a claqué tout son argent pour faire parler des pnj et que j'ai intérêt à lui donner les infos pour sauver le monde et que ma tune il n'en a rien à foutre. Alors après ça j'ai tendance à me dire : hé merde, on est tous obligé de travailler dans le même sens et si on ne le fait pas on en ramasse plein la tronche...j'ai moyennement aprécié

- je n'ai jamais joué de perso du style voleur-assassin mais la aussi vu qu'il y a peu de joueurs on fini par tous les connaitre. Là ou un vol peut passer inapercu et sans état d'âme dans un grand GN, dans un petit on repère plus facilement le vol et on vole toujours des gens qui nous connaissent

- Enfin il me semble que les quêtes ne servent qu'un interet, on a rarement des joueurs qui rentrent en compétition dans un même quête mais avec des objectifs différents. par exemple : une biche transformée en femme
> l'école de magie veut la tuer pour examiner le sort dont elle a été victime
> les druides veulent la retransformer en biche
je sais pas vous mais je trouve que ce genre de quête sous différents angles apportent plus. le problème reste aussi qu'on se met plein de gens à dos et qu'il me semble que dans un petit gn c'est difficilement viable

Commentaires

Portrait de Murena

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Un GN est un jeu : il est ce qu'en font les joueurs puis, dans une moindre mesure, les orgas. :P La taille du GN change peu le fond des choses.

Tu as probablement dû mal tomber parce que l'on peut parfaitement jouer des ordures dans un Gn de petite taille. Je connais même des jeux où les gentils sont plutôt une minorité...

Portrait de orion

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

tout depend de l'association et du scenario/des scenaristes, surtout...

il y a des GNs politiques avec peu de joueurs, avec beaucoup de discutions et de negociations, comme il y a des GNs "med fan classiques" avec un grand mechant a eliminer.

j'ai fait des GNs dont les objectifs n'etaient pas de sauver le monde, mais de faire avancer les relations entre divers groupes ou en interne dans un groupe donné
mais ce genre de GN est mieux placé dans une campagne que dans un GN one shot.

donc je dirais, soit tu fais des GNs en campagne et tu auras plus de chances d'avoir des objectifs de groupe opposés (pour faire progresser une faction sur une autre), soit tu fais des scenarios one shot et dans ce cas, il faut que tu t'orientes vers des GNs politiques plus qu'action...

Portrait de meph

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Pour avoir vécu quelques Gn différents de cette taille, je dirais que ça dépend de la capacité des orgas à s'adapter à toute situation.

S'ils sont capables de gérer les imprévus, les joueurs devraient pouvoir s'orienter comme bon leur semblent, sans se bloquer mutuellement.

Portrait de oggar

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

mais le fait de jouer les "méchants" ou plutot les "individualistes" dans une ville ou tout le monde bosse pour les beaux yeux du roi ( ou que sais-je ^^) ça ne donne pas un joyeux bordel ? ça ne fait pas qu'on s'en prenne plein la gueule ?

quand je dis "sauver le monde" je caricature un peu, à vrai dire c'est plutot "travailler pour la communauté". Selon vous la taille du gn n'a aucune influence sur le fait d'avoir des comportements antagonistes entre les groupes ?

Portrait de caelias

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

C'est le syndrome du bisournours in disneyland. C'est souvent un mix entre scénar "l'univers en danger" et joueurs angéliques parmi lesquels on ne distingue plus le mercenaire cupide sans foi ni loi du paladin. Tous gentils quel que soit le back des persos et de l'univers ! Je l'ai vécu sur un gn guilde à 60/70 joueurs, sur un gn de 100 joueurs et sur 2 gn monts rieurs à 300 joueurs. Dans les trois cas pauvreté scénaristique, univers peu décrit ou pas respecté . Par exemple antagonisme entre races: elfes et orcs censés se sauter à la gorge à vue dans le background du monde mais qui se baladent bras dessus, bras dessous pendant pendant tout le gn sous des pretextes à la mords moi le noeud ( "oui mais l'orc il m'a sauvé la vie" :shock: ) avec l'assentiment bienveillants des orgas. Les autres orcs et elfes du jeu oublient aussi leur back et s'alignent sur les deux exceptions qui deviennent la règle et tout le monde est pote youkaidi youkaida . Rajoute à ça des joueurs gavés de télé où ce sont les femmes de ménages mère célibataire unijambistes immigrées avec 8 enfants malades qui sauvent l'entreprise hi-tec de la faillite et tu as la recette pour un monde tout rose où il y a autant de différences entre le paladin et l'antipaladin qu'entre deux télétubbies.
Seul remède: aller voir ailleurs. Jouer dans des univers pas trop stéréotypés, car bizarrement quand il y a des méchants très très méchants et des gentils très très gentils dans le back ça tend vers vers bisounours versus pollypocket au final.
la taille du gn n'influe pas sur ce type de comportement mais plutôt la richesse et la finesse scénaristique (ou son absence).
Quand je sors d'un de ces gn, je me dis que le pire est derrière moi . Sois fort et espère dans l'avenir.
Ma référence ultime dans le gn one shot de taille moyenne et de haute volée: les Deux Tours

Portrait de meph

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

C'est sure que les "méchants" dans ce genre de Gn se doivent d'être subtiles et ce n'est pas à la portée de tout le monde.

Si ces rôles sont bien joués, le bazar n'arrive qu'en fin de GN, mais est énorme.

Portrait de Antoine41

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Ben si sur 50 joueurs les méchants ne représente pas 50% des joueurs effectivement vaut mieux faire profil bas et opter pour les moyens détournés.

De toute façon rare son les situations ou on peut jouer un rôle de méchant ouvertement ,

Comme dans la vraie vie les gens sauvent les apparences ^^

Portrait de nicoyas

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Oui, le scénario de base du jeu est souvent la première cause d'un GN bisounours-land. Mais quand les joueurs s'y mettent, c'est terrible, même si le scénario est bien ficelé, quelques joueurs mal placés avec les mauvaises réactions peuvent plombé un bon jeu.

Ne jetons pas non plus la pierre aux GN "tous ensembles réunis et fraternels nous sauverons le monde. Tous ensembles-tous ensembles-Ouai-Ouai !", ils peuvent être bien ficelés si, bien sur, il y a une réelle possibilité scénaristique laissée ouverte à ce que le monde s'écroule à la fin et que tous périssent en hurlant d'horreur et d'incompréhension au milieu des cadavres rongés par les démons des 5 enfers.
Voir, plus moche encore et donc mieux au niveau du scénario : Si les joueurs tombent dans le bisounours-tendre en voulant unifiés les dix peuples égarés pour sauver le monde, c'est le contraire qui se passe, ils réunissent sans le savoir (enfin si, ils pourraient savoir s'ils dépassaient leurs réflexes bisounours-lovers et en cherchant bien dans un grimoire oublié sur le bord de la fenêtre de la bibliothèque impériale) les 10 éléments ouvrant le ciel d'où s'abat des nuées de chimères-limaces mangeuses de bébés humains.

Bref, un scénariste vicieux (donc pas forcement mauvais) a de quoi s'amuser (et par là, amuser les joueurs) avec les mauvais réflexes bisounours-fucker de certains joueurs gavés d'amour AB production.

Maintenant, je suis honnête, j'ai fais des scénarios bisounours-land dans ma jeunesse d'orga. Ils ont tous foirés....

Portrait de Arphyss

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Je dirais pour ma part que la taille importe peu non plus ; en effet dans un GN de 100+, tu as des groupes de 8-15 personnes, alors que dans un GN à 50 personne, des groupes de 2-5 personnes. Du coup les objectifs de groupes (comme par exemple vendre tout ce qui est possible même les infos, et toc) sont similaires mais à moindre échelle.

En effet dans les petits GN les gros enfoirés font mieux de faire profil bas, mais un vol doit toujours rester discret quoiqu'il arrive non? Evidément il y a moins de joueurs et entre toi, ta victime, ton receleur et son client, ça fait déjà une plus grande proportion de joueurs au courant du vol... Faut savoir être discret de toute façon.

Pour le phénomène "tous unis contre la vie qu'elle est méchanteuh" souvent à contrario du background, chez nous ça nous arrive souvent de prendre le phénomène à contre-pied, exemple ;

8 collèges de magie s'entendent plus ou moins bien entre eux. Chaque collège a son représentant tutélaire, voix du dieu qu'il sert. Les huit représentants ont des avis bien tranchés et donc ne devraient théoriquement jamais se mettre d'accord. Hors, par la grâce du phénomène bisounours, les joueurs le font quand même. Mais c'était prévu ; comme ils se sont associés, ils ont pu très rapidement monter en puissance entre eux (par le biais du système de règle pour monter en niveau de magie). Cela a créer une instabilité dans la magie qui a fait apparaître des monstres bien balaises et immunisés à la magie, qui chargeaient tous les mages à vue. Pour les renvoyer, il a fallu, entre autre, que les grands mages trouvent le moyen de "perdre des niveaux"...

Donc, prévoir que malgré tout les joueurs peuvent se mettre d'accord même si selon le background s'est impossible, et leur renvoyer leurs bons sentiments dans la face :mrgreen:

Portrait de Vardion

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Tout à fait d'accord, je pense que tout réside dans la trinité Scénar-Joueurs-et Retours de bâton.

Si le scénar est génial mais les joueurs bisounours, Vlan !! retour de bâton !
Si le scénar est pauvre mais les joueurs géniaux, ce sont ces derniers qui vont créer du jeu et au final, un énorme bazar.

Je pense quand même, même si je ne l'ai jamais été, que tout l'art de l'orga réside dans le retour de bâton powaa :twisted: .

Portrait de thepimousse

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Si tu n'es pas 'satisfait' de tes rôles ou des intrigues dans une asso, va jouer ailleurs.
On a de la chance en france de trouver un multitude d'univers, types de Gn et d'époques différentes, avec des formats allant de 10 à 600 joueurs : tu as vraiment du choix !

La question que tu dois te poser : qu'est ce qui te fait prendre ton pied dans un Gn ?

Recherches, discutes et prepare toi à faire des kilomètres !

Portrait de Xargos

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Je pense que tout ou presque a été dit, moi c'est pareil, j'ai tendance a préféré les gros GN pour pouvoir créer ma propre intrigue si le scénario principal ne m'interesse pas .

Portrait de espigoule

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Pour ma part je ne fait et n'organise plus que des GN de petite taille (< 50 joueurs) et ai toujours été déçu par le phénomène que décrit Caelias sur les gros GN.

Je pense qu'on est absolument pas condamné à jouer le boy-scout dans un petit GN. Ça dépend beaucoup de la densité du scenario (plus le scenario est dense plus il y a d'interstices pour que les pourritures puisse se camoufler) et de l'investissement de ceux qui jouent contre le mouvement général.
En effet, le nombre de joueur permet de repérer plus vite ceux qui ont un comportement déviant. En même temps, le phénomène "bisounours" leur laisse la possibilité d'évoluer sans trop risque et de tisser leurs intrigues comme ils le souhaitent. Pour celui qui veut aller dans sens contraire de l'ensemble du GN (laisser le monde s'écrouler alors qu'il a les infos pour le sauver), il va juste devoir la jouer plus fine. Ça fait partie du plaisir de ce type de GN et rapproche des ambiances paranoïaques qu'on peut parfois créer sur table.
Je me souviens par exemple de l'infiltration d'un elfe noir dans un groupe d'elfe (dans un monde Warhammer). Avec la plus grande discrétion, elle leur a mis des bâtons dans les roues, a récupéré les éléments et artefacts que les autres réussissaient à réunir et les a trahi en fin de première journée pour rejoindre un autre groupe officiellement pourri avec ce qu'elle avait récupéré. L'équilibre des forces dans ce GN a permis de conserver un statu quo jusqu'à la fin de GN où chacun à fini par régler ses comptes dans une meule finale. C'est pas boy-scout.

Aller contre le mouvement général dans un petit GN, c'est de l'adrénaline garanti pour tout un week-end.

En revanche en tant qu'orga, je base souvent mes scenar sur la coopération. Je suis pas très fan du principe "et à la fin le ciel se déchire et des nuées de monstres mutants s'abattent sur la Terre bientôt réduite en miettes". Pour moi un scenar, c'est une vision politique et dans un monde de pourritures individualistes, je préfère mettre en exergue les vertus de la solidarité, de l'amour de son prochain et du respect de la Terre. C'est pas de l'AB production ni Disneyland car ça peut être fait en jouant avec des monstres qui crachent du vomi factice ou des anneaux qui asservissent leur porteur.

Enfin, par rapport à l'exemple de oggar :
- si le joueur répond en "hors jeu", c'est aussi qu'il y a un problème de respect du jeu de la part des joueurs. Pour moi, ce genre de situation ne devrait pas exister. D'ailleurs, il est aisé d'ignorer ou de retourner des propos en hors jeu. "Des péhénnegies? Est une sorte de sorcière ou de sirène ? Comment cela fait il que vous pactisier avec de telles diablesses ? He oh, les amis, j'ai ici quelqu'un qui a donné de l'argent aux sorcières !!"
- sur l'enguelade, pour ma part, j'hésite jamais à gueuler en GN. Ça fait partie de la vie. Si le gars en face de moi veut pas faire les choses comme je l'entends, je gueule, je menace, je cherche à le convaincre. C'est pas pour cela qu'il n'y a qu'une seule voie (à moins que les orga n'ai tracés qu'une seule voie dans leur scenar et soient incapable de s'adapter ... mauvais GN). Mais sur l'enguelade en jeu, ..., ce n'est que du jeu

Portrait de Deritof

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Nous,au Québec, on a pas toujours ce genre de problème, les fameux bisounours-land car nous c'est a peu près 30% des gens sont bien, un autre 30% pour les Evils et 40 % qui sont neutres donc ca va assez bien mais malgré tout, j'ai vu des GNs ruinés par un simple ''T*b*r*a*(désolé du sacre) car le RP est pas toujours très profond au Québec. Mais bon, les gros GNs à 65-70$, c'est pas toujours à ma portée

Portrait de eskhiss

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

deux cas de figure déjà vécus

cas 1
dans un Gn (environ 50 personnes) ou le grand inquisiteur nous appelait samedi soir à parcourir les bois pour descendre le vilain je sais plus quoi ...
je regarde qui va rester au village ... des marchands et un prêtre alors que nous quatre sommes d'un peuple nomade tribal de passage ici.
Pendant les préparatifs, je cause à mes trois compagnons, ça vous tente d'aller dans les bois ? regardez par là ... et pendant que les héros allaient suivre le scénario, on a attaqué les marchands et leur camp avant de quitter la ville en laissant quelques dépouilles.
pas prévu par les orgas, pas prévu dans le scénar, on a joué à se cacher dans les bois le reste du Gn en découvrant qu'il n'était pas possible de quitter la ville (sauf au repas ou on était isolés dans un coin en mode "n'existent pas" pour éviter que les cuistots nous cherchent dans les bois) on était pas des héros ni vraiment des méchants, juste opportuniste

cas 2
en tant qu'orga, on avait ajouté la possibilité de jouer des adeptes d'un dieu mauvais avec d'énormes risques mais des contrepartie à un joueur dont on avait déjà vu le niveau avec mission de convertir (pas un bourrin, un simple marchand alchimiste) et il a fait un bon paquet de recrues parmi les joueurs qui ont a leur tour cherché à convertir (afin d'obtenir eux aussi des avantages de leur divinité)
si tu ouvres ça à tout le monde, tu prends le risque d'avoir plein de "kévin 12 ans paladin" en mode inversé pour avoir le perso le plus ...

si tu mets juste les bons et les "méchants" soient ils s'allient ou des factions s'allient et changent l'équilibre et t'as intérêt à avoir prévu de la souplesse ou ton jeu perd un aspect. soit ça se règle trop vite avec souvent des déçus mais il y a des façons de contrer ça. (faction cachée, division interne, pnj infiltré, objectif qui ne bénéficie qu'à un ... en bref, créer les dissensions aux pays des tous copains)

les joueurs peuvent jouer ou devenir des méchants si on leur en offre la possibilité
mais ce n'est pas évident de prévoir une trame en conséquence, des contrepieds à l'attitude bisounours comme à celle du tous pourris et rien à faire du monde ou du scénario

Portrait de Lord

Re: est on condamné à jouer le boy-scout dans un petit gn ?

Mmm ça rappelle des souvenirs ça ^^

L'alchimiste menant se messe noire, en plein à coté de la messe du dieu de la lumière, sans aucune crainte....et a raison....

Quand je pense aux pauvres mendiants qu'on a rossé en tant que PNJ, depouillé devant les autres joueurs d'une soi disant taxes (alors que ça crevé les yeux qu'on était pourri...)....Et meme le paladin n'a pas bronché :twisted: