Gourde en cuir ciré

16 réponses [Dernière contribution]
Zapan
Portrait de Zapan
Hors ligne
Inscrit le: 03/09/2005

Traduit de l'anglais par Zapan, depuis l'article de Eric_Methven sur le forum BushCraft USA, ce tutoriel vous permettra de fabriquer une gourde en cuir végétal ciré. Pour cette réalisation, vous devez déjà maitriser lestechniques de base du travail du cuir.

Ce tutoriel se compose de trois parties. 1: Découpe, marquage et couture, 2: Trempage et mise en forme, 3: Bain de cire chaude.

AVERTISSEMENT : Cette Fiche Technique requiert l'utilisation d'un bain de cire chaude. Trollcalibur n'est pas responsable en cas de non-respect des consignes de sécurité ! Portez toujours des gants, respectez les températures de chauffe et pensez à votre sécurité pour éviter tout risque de brûlure.

Le matériau utilisé est un cuir végétal de 3mm d'épaisseur.
J'ai réalisé un patron imprimable pour tracer vos propres gourdes, c'est un fichier PDF attaché à cet article.

 

I - Découpe, marquage et couture

Une pièce de cuir avec le tracé du patron dessus. Lors de cette étape, utilisez toujours un seul patron en traçant recto/verso. De cette façon, si il y a des irrégularités dans la symétrie, les deux parties seront quand même ajustées.
 

Utilisez un couteau (ou cutter) aiguisé pour découpe grossièrement les deux parties de la gourde.

Celles-ci vont être cousues ensemble, selon moi le meilleur moyen de les garder en position est de les coller entre elles.

Je ne colle que sur 1/2 centimètre du pourtour. Cela n'aura pas d'effet sur l'ouverture de la gourde, car les bords seront pris dans la couture de toutes façons.

Les deux parties assemblées. Soyez précis durant l'assemblage, surtout avec des colles contact (néoprène). Une fois en contact, elles ne se sépareront plus.

Les bords sont encore trop irréguliers. Utilisez du papier à poncer pour obtenir un résultat plus net.

Des bords nets sont requis, car nous allons devoir tracer des sillons dans lesquels les points de couture seront marqués à la roulette. Le trace-sillon utilise le bord du cuir comme guide, donc plus lisse est le bord, plus net sera le sillon.

Découpe du sillon dans le cuir.

Ici les sillons sont tous tracés, et sont prêt à recevoir la roulette. Le sillon permettra d'amener le fil à ras de la surface du cuir. Pas essentiel, mais plus propre.

Avant de passer la roulette sur le cuir, vous devez l'assouplir, Pour qu'il garde l'impression des dents de la roulette. Humidifiez votre cuir en le passant sous un filet d'eau tiède, ou à l'aide d'une éponge humide.

On passe maintenant la roulette dans les sillons. C'est joli, Mais la fonction est surtout d'indiquer où percer les coutures.

Ici la roulette est passée partout, la gourde est prête pour la couture une fois qu'elle a un peu séché.

Voici ce que j'utilise pour percer les trous de couture. C'est une imitation de Dremel avec une extension flexible sur laquelle est montée une petite mêche de maquettiste du même diamètre que mes aiguilles de couture.

Le voici en gros plan.

Les trous sont perçés en mettant le cuir sur une vieille planche pour éviter d'abimer la table, en gardant la mêche verticale pour bien ressortir sans le sillon de l'autre côté.

La gourde avec les trous percés.

A cette étape, je prépare la gourde pour la couture. J'utilise un étau de cordonnier entre mes genoux pour travailler de manière stable. Cela laisse les deux mains libres pour la couture. J'utilise du fil synthétique poissé appelé fil de sellerie. Le fil est monté sur deux aiguilles de sellerie, une à chaque bout.

Elles sont ensuite passées une à une dans les mêmes trous, mais dans des sens opposés (point sellier). Chaque point est fait de la même façon, formant des sortes de "huit" tout le long. Le fil est serré après chaque point (ou chaque cinq ou six points quand vos bras commencent à fatiguer) on peut s'aider d'un crochet à fil pour bien serrer chaque point.

Astuce : Quand vous préparez votre fil, faites des longueur correspondant à la longueur de vos deux bras écartés. vous aurez besoin d'environ quatre longueurs pour terminer la gourde, mais si vous tentez de le faire en une seule longueur, vous perdrez plus de temps à passer le fil par les coutures et vous risquez de tout emméler (surtout en utilisant du lin poissé).
Quand vous approchez de la fin d'une longueur, cousez en arrière de quatre trous, puis en avant de deux - pour obtenir six fils dans le dernier trou. coupez directement ce qui dépasse. Ne vous embêtez pas à faire un noeud, le paquet de fil se maintiendra en place et sera scellé par la cire au final.

Voici la gourde cousue et prête à être mise en forme à l'aide de grains d'orge.

II - Trempage et mise en forme

Durant cette étape, nous allons donner sa forme définitive à la gourde.

 
Le cuir doit être vraiment trempé, aussi nous allons utiliser une bassine d'eau tiède.

 
La gourde est submergée dans la bassine.

 
Vous verrez des bulles s'échapper du cuir. C'est une bonne chose. L'air est explusé, le collagène se ramollit et le cuir devient malléable. Soyez prudent durant cette étape. Tout objet ou outil entrant en contact avec le cuir le marquerait durablement.
Si vous voulez ajouter des motifs repoussés ou martelés sur votre gourde, c'est le moment.

 
J'ouvre l'embouchure, et j'utilise mon poing comme entonnoir. Puis je prends une tasse d'orge et la verse dans la gourde.

 
Comme ça se remplit difficilement, j'aide le grain à descendre.
Souffler dans la gourde comme un ballon l'ouvre suffisamment pour faire tomber l'orge au fond.

 
Maintenant je prends une tige de bois et je pousse l'orge tout au fond. Ne soyez pas tendre, allez-y avec entrain.
Le grain doit pousser durablement les parois de cuir.

 
On voit ici que la gourde commence à enfler. J'y ai rentré une tasse et demi d'orge à ce point. Continuez de verser, de souffler et de pousser jusqu'à ce que les grains arrivent près du goulot. Mais laissez assez de marge pour pouvoir refermer le bouchon.

 
Voici la gourde pleine d'orge mise en forme. Le bouchon est en place et il est très important de bien l'ajuster.
La raison étant que le goulot doit être parfaitement cylindrique. S'il sèche en étant ovale (ce qu'il ferait sans le bouchon) il serait très difficile d'y adapter quoi que ce soit, une fois ciré.

 
Le bouchon vu du dessus.

 
Maintenant laissez sécher entièrement (obligatoirement une nuit - possiblement deux jours). Je place le mien au dessus de mon poêle, mais il m'est arrivé d'utiliser une étuve auparavant.

Maintenant nous allons voir comment retirer toute cette orge, puis nous aborderons le trempage dans la cire chaude et la fabrication d'un bouchon de bois.

 

III - Trempage dans la cire chaude et fabrication du bouchon de bois

Cette partie décrit comment retirer l'orge de la gourde puis comment la tremper dans la cire pour en faire un récipient convenant aux liquides.


 
Vous pouvez constater la différence de couleur du cuir après une nuit de séchage au chaud près du poêle. Nous sommes le matin suivant. La gourde est prête à être vidée.

 
Voici le matériel nécéssaire. Quelques écrous et un vieux rayon de roue de vélo. La bassine recevra l'orge. Le sac d'orge est montré à titre d'exemple, vous aurez besoin de bien moins que ça pour votre gourde. La quantité montrée ici convient à six gourdes.

 
Voici le genre de boulons utilses pour déloger les grains d'orges dans les recoins de la gourde. Le rayon de vélo sert plus à déloger les grains coincés dans la jointure des deux parties.

 
Pour commencer, enlevez simplement le bouchon et récupérez le plus gros de l'orge.

 
Introduisez quelques écrous dans le goulot, puis placez votre pouce sur l'ouverture et secouez la gourde vigoureusement pendant une minute. Puis versez le tout dans la bassine.

 
Voilà le résultat !

 
Voilà tout ce que les écrous ont délogé après un bon secouage. Répétez l'opération jusqu'à ce que tout ce qui sorte de la gourde soit des écrous. Aidez vous du rayon pour tout retirer (si vous êtes reconstituteur, utiliser des petits caillous marche presque aussi bien).
La gourde est prête pour la cire.

 
Voici le matériel pour le trempage dans la cire chaude. Le plan de travail est recouvert de papier. Utilisez des gants en caoutchouc épais (vos doigts tremperont dans la cire très chaude). Si de la cire touche votre peau, ce sera très douloureux.

 
Voici mon double bouilleur. La cire est dans la partie du dessus et l'eau est en bas. Utiliser un bouilleur double n'est pas obligatoire. Même une casserole de cire dans une casserole d'eau fera l'affaire, mais ne mettez jamais de la cire directement sur le feu!
A cela deux raisons :
  1. d'une part, la cire pourrait atteindre le point de fusion et causer un incendie
  2. d'autre part, la cire trop chaude brulera le cuir en le faisant rétrécir et rider, le détruisant complètement. Si la cire ne monte pas au delà de la température d'ébulition de l'eau, ces deux risques sont absents.
 
Maintenant que la cire est à la bonne température (lorsque vous entendez l'eau bouillir depuis une minute), enfilez vos gants et trempez la gourde dans la cire. Vous devrez la plonger sous la surface jusqu'à ce quelle soit pleine de cire. Elle voudra flotter. Trempez la gourde aussi rapidement que possible pour éviter que la cire ne fige sur le cuir froid. C'est seulement lorsque le cuir sera chaud dans le bain de cire, que celle-ci commencera à pénétrer les fibres.

 
Une fois submergé, vous verrez des bulles à la surface de la cire. C'est l'air expulsé de l'intérieur du cuir étant remplacé par la cire.

 
Bougez délicatement la gourde dans le bain, en la retournant pour vous assurer qu'aucune poche d'air ne subsiste à l'intérieur.

 
Quand les bulles n'apparaissent plus, vous pouvez sortir la gourde du bain. Soyez très prudents à ce stade car elle est terriblement glissante et si elle retombe dans le bain brusquement, vous risquez d'être éclaboussé de cire brulante,
ce qui est loin d'être agréable !

 
Renversez la gourde assez longtemps pour vous assurer qu'elle ne contient plus de cire, attention au jet !

 
Cet aspect brillant ne durera pas. Ce n'est qu'un excès de cire à la surface. Après quelques minutes, celà changera pour un film laiteux. Il faut le retirer.

 
Pour ce faire, utilisez de l'essuie-tout - énormément. J'ai fait une fois l'erreur d'utiliser les serviettes à thé de ma chère épouse, une seule fois. Vous ne voulez pas savoir ... je dirai juste que ce n'était pas beau à voir quand elle a appris ça.

 
Je ne l'ai pas mentionné auparavant, mais j'ai passé une petite lanière par l'un des trous de la gourde pour la manipuler pendant le trempage. Il est temps de l'oter. Si vous ne le faites pas il risque de laisser des coulures de cire après l'essuyage.

 
Continuez d'essuyer jusqu'à obtention d'une surface matte, et changez régulièrement les essuie-tout pleins de cire.

 
Une fois la gourde cirée, il est essentiel de lui faire passer un test d'étanchéité - pour chercher les fuites.
 
Si une fuite se produit, ce sera le long du joint, près des coutures. Videz alors l'eau et versez une tasse de cire chaude en remuant pour faire pénétrer la cire le long du joint. Puis versez l'excédent avant qu'il ne sèche. Celà doit être fait sur une gourde froide évidemment, pour créer un joint immédiatement.
 
Pour repérer les très petites fuites, il faut faire un test d'une heure.
 
Remplissez la gourde à l'eau froide, jusqu'à former une goutte bombée à ras du goulot. Laissez la gourde au calme pendant une heure. Si il y a une perte, même minime, cette goutte disparaîtra dans le goulot. Mais si elle est toujours là après une heure, la gourde est garantie étanche.

 
Voici la gourde terminé après avoir rajouté un bouchon fabriqué en bois de cerisier, obtenu à partir d'une section de branche simplement fraisée au diamètre du bouchon de liège pour former un chapeau, puis collé sur celui-ci. La gourde elle-même a été polie. Elle est prête à être expédiée et vendue à son acquéreur.
 

Liens dans cet article

Fichier attachéTaille
flask-template.pdf10.36 Ko
Gwendal
Portrait de Gwendal
Hors ligne
Inscrit le: 04/04/2007

Chouette tuto !  Merci zapan pour la traduction. Ceci dit, il manque une info quand même bien utile : si on se base ur le patron fourni, ca nous donne une gourde de quelle contenance ?

Zapan
Portrait de Zapan
Hors ligne
Inscrit le: 03/09/2005

Ce n'est pas un récipient de forme standard, j'imagine que la façon dont on déforme le cuir et l'emplacement des coutures produit des gourdes de plus ou moins grande contenance. A un moment il dit y rentrer une tasse et demi de grains, sans être arrivé jusqu'au goulot. Si on considère qu'une tasse a café standard fait 10 cl, ça nous donne une gourde entre 20 et 25 cl, soit l'équivalent d'une canette de soda. De quoi étancher sa soif sans être trop encombrant.

Gwendal
Portrait de Gwendal
Hors ligne
Inscrit le: 04/04/2007

merci pour la précision, évidemment ce n'est pas standard, mais j'étais curieux d'avoir une estimation... à voir comment modifier pour augmenter la contenance (genre jusqu'à 50 cl, après ce serait trop encombrant je pense)

Petio
Portrait de Petio
Hors ligne
Inscrit le: 22/08/2011

Salut! Je me permet de répondre à la question de Gwendal, j'ai fait un tour sur le forum officiel du tuto et quelqu'un pose la même question que toi. Et apparemment (sauf erreur de ma part) elle peut contenir environ 75cl, ce qui (je pense) est plutot pas mal! Et plus logique que 25cl, car si on regarde le patron à la bonne taille, et qu'on imagine avec ses mains le volume approximatif de la chose, on peut constater qu'effectivement ça fait beaucoup plus.

Donc voilà je pense que 75cl c'est plutot pas mal, surtout avec un tel rendu!

En tous cas, merci pour le tuto! =D

Petio

Truhl
Portrait de Truhl
Hors ligne
Inscrit le: 06/06/2007

J'ai aussi une question : C'est de la cire d'abeille ou un type différent ? Et une exposition au soleil ne risque pas de la faire fondre ou au moins ramollir ? Parce qu'en GN, je me méfie.

Petio
Portrait de Petio
Hors ligne
Inscrit le: 22/08/2011

C'est bien de la cire d'abeille, mais à mon avis avant que celle-ci ne fonde il faudra la laisser vraiment longtemps au soleil. Mais bon après à voir.

 

Petio

Erios
Portrait de Erios
Hors ligne
Inscrit le: 20/10/2011

Bonjour, j'ai une question sur le type de cuir c'est indiqué que c'est du cuir végétal mais peu t'on prendre du cuir déjà teinté? Peu t'on utiliser des cuir dont le tanage est pas végétal? Et ou trouver de la cire d'abeille?

 

Arphyss
Portrait de Arphyss
Hors ligne
Modérateur
Inscrit le: 09/11/2007

non, un cuir déjà teinté ne peut être mis en forme de la sorte. 

Pour la cire d'abeille, le plus simple et de trouver un apiculteur, on en trouve souvent sur les marchés artisanaux, médiévaux, et bio. 

 

 

Perceval555
Portrait de Perceval555
Hors ligne
Inscrit le: 02/06/2012

Bonjour j'ai une petite question : est ce que je pourrai fabriquer cette gourde avec du cuir noir qui fait environ 1mm d'epaisseur ?
Merci des future réponses , Perceval555

Arphyss
Portrait de Arphyss
Hors ligne
Modérateur
Inscrit le: 09/11/2007

S'il est noir c'est qu'il est sans doute déjà tenté, donc non. 

En fait, z'avez cas faire un essai rapide avec un morceau de cuir ; trempez-le dans l'eau bien chaude, mettez-le ensuite en forme autour d'un objet cylindrique, maintenu avec un élastique, attendez que ça sèche complètement. Si le cuir garde la forme de façon rigide et que l'élastique marque votre cuir profondément, vous pouvez utiliser ce tutoriel. Sinon, non. 

Perceval555
Portrait de Perceval555
Hors ligne
Inscrit le: 02/06/2012

J'ai testé le cuir noir garde assez la forme mais il y a quoi que le cuir végétal apporte de plus pour cette gourde ?

Merci pour les réponse : Perceval555

orion
Portrait de orion
Hors ligne
Modérateur
Inscrit le: 02/06/2005

bah ....

le cuir tannage végétal brut (non teint) te permet :

1/ de bien former ta gourde (impossible sur tannage chrome)

2/ de lui donner la couleur que tu veux (difficile/impossible sur cuir deja teint)

3/ de faire les décorations que tu veux (impossible sur un cuir tannage chrome)

4/ de faire une vraie mise en forme qui se maintiendra bien dns le temps

5/ d'absorber la cire et de devenir impermeable

Perceval555
Portrait de Perceval555
Hors ligne
Inscrit le: 02/06/2012

Donc il vaut mieu que je m'achète du cuir vegetal pour la faire merci orion pour tes précision ^^

Perceval555

Rollin
Portrait de Rollin
Hors ligne
Inscrit le: 06/12/2012

Bonjour,

 

Nécromancie d'article ou pas, je me dois d'intervenir ici.

 

Un cuir tanné végétal est en fait recommandé pour ce genre d'article car, si cette gourde contient bien une couche de cire pour l'étanchéité qui agira également comme barrière physique (imparfaite) modérant les échanges chimiques entre le contenant et le contenu, elle n'en reste pas moins destinée à contenir une denrée alimentaire.

Des cuirs tannés à l'huile de poisson (chamoisage), à la fumée, à la silice ou à sec pourraient également convenir mais leur innocuité et leurs qualités mécaniques restent à vérifier pour un tel usage (je doute qu'une peau de chamois, par exemple, soit utile dans ce cas au vu de son épaisseur).

Les cuirs tannés par tout autre procédé sont à bannir pour une utilisation de contenant alimentaire car ils impliquent l'utilisation de substances chimiques nocives pour la santé s'ils sont ingérés ou, pour certains, simplement mis en contact avec la peau:

-le chrome (fréquemment utilisé pour le cuir d'ameublement),

-des aldéhydes (le composé le plus simple de cette catégorie est le formaldéhyde, plus connu sous le nom de formol, soit CH2O),

- l'alun (alun de potassium ou sulfate double d'aluminium et de potassium, soit KAl(SO4)2•12 H2O, qui se retrouve dans à peu près tous les déodorants corporels antitranspirants, soit dit en passant),

- la quinone (un des composé de cette famille, en tout cas, soit des diènes qui sont des hydrocarbures)

- mais aussi: le fer, le soufre, le sulfochlorure, des phospholipides, des polyacides, des polyphosphates, des résines... et c'est sans parler des teintures et autres traitements post-tannage (pour la personne qui voulait recycler du cuir)!

 

Les composés intervenant dans le tannage végétal ne sont pas sans danger non plus mais restent tout de même moins dommageables pour la santé que tout ce qui se trouve dans la liste ci-dessus. En outre, l'impact environnemental de ce procédé est (de loin) bien moins négatif.

Je vous renvoie d'ailleurs à l'article, clair et étayé (ça nous change), intitulé "Tannage végétal, un cuir bio?" sur le blog de Delphine Szakonyi dans sa section "Mode éthique".

 

En espérant que ces quelques lignes soient utiles,

 

Amicalement,

 

Rollin

 

NOTE aux modérateurs:  Le lien vers l'article peut être supprimé si vous le jugez nécessaire.

Golum
Portrait de Golum
Hors ligne
Modérateur
Inscrit le: 12/05/2011

Surtout ne PAS enlever le lien vers cet excellent article à propos du tannage végétal ! :D Et merci pour ce rappel ... pour certains ça coule de source qu'il ne faut pas lecher du cuir tanné au chrome, mais pour d'autres la précision est nécessaire.

LongJohn
Portrait de LongJohn
Hors ligne
Inscrit le: 18/09/2018

Bonjour ! 
j'arrive un peu après la guerre, mais je voulais savoir quelles sont les propriété qui vous poussent a utiliser l'orge ?
est-ce que des lentilles du puy feraient l'affaire ? et si ce n'est pas le cas, ou se procurer de l'orge ?

Merci d'avance :)